Les Olivensteins + Les Soucoupes Violentes (Punk Rock Culte)
sam. 12 déc. || 20:30



Les Olivensteins (Punk Culte)

Janvier 1980 , Les Olivensteins se sabordent après 2 années de joyeux bordel, laissant derrière eux le souvenir d’un "punk à la française" à la fois gouailleur et irrespectueux et surtout, un unique 45 tours (Euthanasie / fier de ne rien faire / négatif) devenu une sorte de classique intemporel pour initiés de bon goût rock.
Pourtant l’histoire ne s’arrêtera pas là …
Gilles et Vincent se retrouvant dès 1982 ( les Rythmeurs ) puis à la fin des 80’s ( avec les Rustics ) pour prolonger l’aventure , mêlant mélodies incisives et textes acides .
En 2011, Born Bad Records prend l’initiative de rassembler dans une compilation le Ep devenu mythique, ainsi que quelques démos et morceaux live, une sorte d’aperçu de ce qui aurait pu être l’album initialement prévu vers 1979.
Après avoir assurés par leur simple présence la promotion de cet album, les Olivensteins se reforme en 2013 pour donner quelques concerts événements. Puis après s’être restructuré, le groupe se produit régulièrement devant des publics impressionnés par la présence scénique indéniable de Gilles, par l’authenticité du propos, par l’énergie et les excentricités d’un répertoire qui sent plus le soufre intemporel que la vieille poussière accumulée avec les années ….
A partir de 2016 , le groupe cumule concerts et composition de nouveaux titres puis entre en studio pour des sessions qui donneront naissance à l’album « Inavalable « qui paraît fin 2017 sur Smap records.
Depuis le groupe se produit régulièrement en concert , tout en préparant un nouvel album .
Line up 2020 :
Gilles Tandy : chant
Vincent Denis : guitare
Didier Périni : basse
France Vitet : claviers
Jérôme Jabordes : batterie

+ Les Soucoupes Violentes (Rock)
Signalées dans le ciel de Paris pour la première fois vers 1981, les Soucoupes Violentes se matérialisent sous la forme d’un EP quatre titres autoproduit en 1984. Creedence ou Velvet, Troggs ou Gun Club, Suicide ou Muddy Waters : les Soucoupes s’intéressent dès leurs débuts à tout ce qui fait la quintessence du rock’n roll. Les Ramones qui reprendraient du Tamla Motown ou Nino Ferrer qui ferait du punk. Huit ans plus tard le groupe de Stéphane Guichard parachèvera sa première révolution galactique par sabordage lors d’un concert explosif du côté de la Bastille. Entretemps ces cousins des Wampas, Coronados ou Olivensteins laisseront quelques singles immédiats comme « Dans ta bouche », « Rester au lit » ou « Blondes ou brunes ». Tout un programme.
Octobre 2005 : Stéphane remonte son groupe. Les Soucoupes nouvelles enregistrent fin 2008 un nouvel album : "S’attendre au pire" ... La galette atomique sort chez Patate Records et leur retour se fera clairement remarqué dans la presse !!! Très encouragés, ils ne lâchent pas l’affaire : les concerts s’enchaînent, avec une captation télé aux Francofolies notamment.
"For" Intérieur", le dernier album 11 titres en date sorti en 2015, confirme la bonne nouvelle : les Soucoupes sont bien de retour et sont là pour durer. Les Inrocks, Abus Dangereux, Rock’n Folk : partout la nouvelle galette est plébiscitée ! Ils rentrent dans les charts Férarock,où on les retrouve aux côtés de groupes comme Liminanas ou Frustration. L’album se retrouve même dans les 100 meilleurs albums Férarock de 2015. Avec plusieurs clips à la clé qui cartonnent plutôt sur Youtube : dont un duo avec Didier Wampas (Trop méchante) et le délicieux "Sur tes lèvres"...
Le label Nineteen Something du chanteur des Thugs Eric Sourice va d’une part rééditer toute la disco des Soucoupes en numérique, qui est donc maintenant disponible sur Deezer, iTunes, Spotify, etc, et d’autre part sortirr en CD le premier mini-album 8 titres mythique des Soucoupes "Dans ta bouche", avec des bonus vintage comme le tout premier EP quatre titres sur Planète Interdite le propre label du groupe réactivé en 2015 justement.
Les S.V. c’est pas loin de 1000 concerts au compteur à travers la France et la Navarre, dont, entre autres, les Transmusicales de Rennes, le Festival de Blaye, le Bataclan et l’Elysée-Montmartre, la Java et le Gibus (hé oui !) tout récemment !!! Et comme dit l’épitaphe de Franck Sinatra : « Le meilleur reste à venir » !!!