Daran (Rock)
mer. 11 avr. || 20:30



Daran (Rock, Montréal)

La musique de Daran vient du blues et surtout du rock. Elle se distingue par le jeu élégant des deux guitares, l’une acoustique, l’autre électrique.

C’est sous l’appelation Daran et les Chaises que l’on a pu faire connaissance avec l’artiste. Un premier titre, « Aquarium », beaucoup joué sur les ondes de France Inter notamment. C’est avec l’album suivant, « Huit Barré » que Daran explose. On a tous en tête le fameux « Dormir dehors », sa guitare alvéolaire ou son clip en osmose dans lequel on voit le chanteur déambuler les rues la nuit, à voiture dans un caddie de supermarché.

Ensuite le virage musical est inattendu avec une tendance très portée sur l’électro, intégrée sans ménagement à la rudesse exemplaire des guitares. Certains disent qu’il s’agit d’une petite erreur de parcours. Pourtant ce « Déménagé » cartonne fort ! C’est donc l’option proche du live, où tout doit être enregistré en quasiment une seule prise, qui est choisie pour la suite des aventures. Il chante les textes écrits par Alana Filippi, sa fidèle compagne, ce qui confère au tout une féminité assumée et bienvenue, entretenue de manière magnifique et sensuelle par un jeu de guitares félines.

Le soutien sans faille de Jean-Louis Foulquier, qui programme Daran régulièrement dans le cadre des Francofolies, assoit la réputation de l’artiste. Il se produit en quatuor avec batteur et bassiste pour l’assise rythmique. Philippe Paradis assure les guitares expressives et mélodiques. Et Daran s’accompagne lui-même à l’acoustique. Il aime tellement la scène qu’une chanson de quatre minutes sur disque peut facilement doubler sa durée de vie sur les planches. Plutôt sympa pour les amateurs d’improvisations ! Un artiste qui n’a pas peur de mouiller sa chemise et qui se donne à fond.

"Je repars", le premier extrait tiré du 10ème album de Daran Endorphine paru le 22 septembre prochain, nous ramène directement dans les sillons musicaux auxquels il nous a habitué au cours de sa glorieuse carrière. Dans cette ode à la liberté et à l’anticonformisme, la poésie de Daran est toujours incisive et franche et la musique toujours aussi puissante et directe… comme son créateur.